Les bases de la propreté

L’apprentissage de la propreté est une des bases de l’éducation canine mais en pratique les résultats tardent souvent à venir. Elle début dès l’arrivée du chiot à la maison et demande une certaine implication de votre part

Ne pas attendre pour le sortir

Attendre « la fin de ses vaccins » pour sortir le chiot est une idée reçue encore trop courante qui compromet son apprentissage de la propreté. Car celui-ci dépend du degré de socialisation du chien. Rappelons que la période de sociabilisation court de 3 semaines à 3 mois d’âge.
S’il a peur des gens, des bruits ou de la rue, le chiot non sociabilisé se retient en balade et se soulage à la maison. Dans sa tête, il est propre car il a appris de sa mère à aller loin de son lieu de repos (son couffin) et fait naturellement sur le tapis du salon, de la salle de bain ou de la cuisine (l’odeur de javel le stimule). Afin de favoriser sa sociabilisation et son apprentissage, commencez les balades à l’extérieur dès son arrivée à la maison, c’est-à-dire dès 2 moins. Ainsi à 4 mois, il peut être propre.

Haro sur les punitions

Lui mettre le nez dans son urine n’a aucune aucune valeur punitive. Les canidés ne passent-ils pas leur journée à renifler les urines des autres ? Il s’agit d’un comportement naturel qui leur permet de communiquer entre eux. Plus généralement toute punition (même verbale, un soupir suffit !) est à proscrire car elle intervient toujours après le « délit » : le chiot est incapable de comprendre une sanction a posteriori, il devient alors anxieux et se ferme à toute éducation.
En matière d’éducation, les caresses sont beaucoup plus efficaces que la punition !

Patience et récompenses

pour lui apprendre la propreté, pas de miracle, il faut être disponible et patient. Sortez-le très souvent dans la journée (toutes les 2 heures) et systématiquement après un repas, une partie de jeux ou au réveil, moments où il a envie de se soulager.  Choisissez un endroit calme avec de la verdure où il retrouvera à chaque sortie des repères olfactifs.
Dès qu’il s’accroupit , dites un mot (« fait »…) qui deviendra un stimulus oral. Félicitez-le chaleureusement quand il a fini (par des paroles, caresses voire une friandise) et évitez de rentrer immédiatement pour qu’il n’associe pas ses besoins dans la rue à la fin de promenade.

Soyez indulgent

Même s’il arrive à faire dehors, les “accidents” à la maison sont normaux  chez le chiot surtout la nuit ou pendant votre absence. Il n’est physiologiquement pas capable de se retenir longtemps (pas plus de ‘ heures à 4 mois).
Si chez vous, vous le voyez tourner sur lui-même en flairant le sol, interrompez-le par un « non », prenez-le dans vos bras pour l’emmener à l’endroit approprié. Adulte, si l’apprentissage de la propreté a bien été mené, il pourra se retenir 8-10heures d’affilée.

Attention : le jardin n’est pas son petit coin

Ne l’envoyez pas dans le jardin pour qu’il se soulage seul dehors ; non récompensé au bon moment, il aura tendance à se soulager indifféremment dans le jardin ou la maison.
Sortez-le plutôt dans la rue en laisse, toujours muni d’un sac ramassé crottes. Comme cela votre jardin ne deviendra pas un champ de mines !

Conseils rédigés par Laeticia Barlerin, Docteur vétérinaire 

Recherche