Un chat à la maison, tout savoir

Avec le retour du printemps, votre chat dort moins et reprend une activité débridée. En veillant à respecter ses envies et ses besoins, vous lui fournirez énergie et bien-être. Ce qu’il vous rendra au centuple en ronronnant affectueusement… Et tout le monde sera heureux

Aménager son espace

Contrairement au chien, le chat investit votre maison ou votre appartement, le jardin ou la rue comme étant son territoire exclusif, autrement dit son terrain de chasse, de repos, d’hygiène ou de passage. Le chat a un domaine vital qu’il va délimiter pour son équilibre, il n’est pas pour autant territorial et reste tout autant attaché à son maître. Mais il est aussi capable de s’adapter à l’espace qu’on lui assigne, que la maison soit petite ou grande, du moment qu’il y trouve de quoi satisfaire ses besoins vitaux et son bon plaisir. A vous de reconstituer un univers où il sera bien.

  • L’art de la sieste

Un chat dort 12 à 16 heures par jour ! Il est donc souhaitable qu’il puisse profiter de plusieurs endroits où dormir. Un refuge en hauteur. Le chat est curieux et aime voir sans être vu, il va adorer observer son petit monde de haut avant de fermer un œil. C’est aussi un gage de sécurité pour lui, loin des jambes qui le bousculent, loin des enfants, loin du bruit. Même si vous n’installez pas de coin spécifique, il saura trouver le moyen de squatter le haut des étagères, un endroit chaud et confortable ou l’armoire de Mémé ! Des coussins moelleux. Ils seront d’autant plus appréciés que le chat prendra de l’âge. C’est important pour ceux qui ont des problèmes articulaires. Prévoyez un coussin dans chaque pièce, sur un fauteuil, au dessus du radiateur (il apprécie la chaleur) ou sur un arbre à chat perché

  • Un restaurant 4 étoiles

Toujours au même endroit, il doit être tenu propre avec une gamelle pour l’eau, une pour les croquettes ou l’alimentation humide, éventuellement sur un petit set lavable. Dans une maison ou un grand appartement, vous multiplierez les points de restauration. Ce félin ayant tendance à explorer son territoire, il fera ainsi un peu d’exercice…

  • Des “toilettes” tranquilles

Savez-vous qu’un chat est pudique ? Il n’aime pas faire ses besoins au vu de tous. Alors installez son bac à l’écart du passage et le plus loin possible de son alimentation (3 m minimum). Que la litière soit minérale, végétale ou à base de silice, c’est à votre compagnon de choisir !
Evitez juste les modèles parfumés qui peuvent perturber son odorat. Un détail qui participe à son bien-être… et au vôtre.

  • Chouette une salle de sport

L’animal qui peut sortir comme il le souhaite parcourt des kilomètres autour de sa maison, mais celui qui n’a pas cette chance sera ravi de trouver des obstacles à escalader : escaliers, arbres à chat, ou parcours mural pour se dépenser souplement ou lors du fameux quart d’heure de folie. Au passage, il faut absolument prévoir un élément où faire ses griffes, sinon vous risquez de retrouver votre canapé en lambeaux. C’est non seulement un besoin, mais aussi un plaisir et une manière de déposer son odeur. Il existe d’ailleurs des griffoirs très déco, en forme de lettres ou habillés de faux galets.

  • Attention, il y a plusieurs herbes à chat

Le chat besoin de se purger régulièrement car il avale beaucoup de poils en se léchant pour faire sa
toilette. C’est important surtout au printemps quand il renouvelle son pelage.
Dans le jardin, il va mordiller naturellement des brins de pelouse. Laissez-le faire : il sait ce qui est bon pour lui. Si vous n’avez pas de jardin, faites pousser dans une terrine remplie de terreau, des grains d’orge, d’avoine ou de blé jusqu’à 10-15 cm de hauteur, puis présentez-les-lui. Attention toutefois à vos plantes vertes : certains chats sont fous des papyrus (Cyperus alternifolius), non toxiques mais d’autres plantes vertes le sont. La cataire (Nepeta cataria) également nommée menthe à chat, a un effet euphorisant sur la plupart d’entre eux : ils adorent se frotter contre ses feuilles, se rouler dedans, la mordiller… Tout comme la germandrée des chats (Teucrium marum) ou la valériane officinale.

Une atmosphère apaisante

Une fois l’environnement aménagé et sécurisé*, vous êtes tranquille d’esprit mais cela suffit-il à son bonheur ? Comment savoir s’il est heureux ? Sachez que le chat envoie des signaux beaucoup plus discrets que le chien, voire même parfois imperceptibles, mais que vous devez apprendre à décrypter si vous voulez vraiment le comprendre.

  • Les règles de communication

Tout va bien : le corps est calme, les oreilles sont droites, les vibrisses («moustaches») étalées, les yeux clignent gentiment, la queue se dresse lisse et sans mouvements, droite ou en point d’interrogation. Eventuellement, il vient se frotter à vous ou émet un ronronnement de plaisir.

Attention, je vais m’énerver : le corps se tend, les oreilles s’aplatissent, les yeux se rétrécissent, la queue s’agite et bat le sol.

SOS tous aux abris : le poil est hérissé, la queue ébouriffée a doublé de volume, les oreilles sont à l’horizontale sur le côté. La gueule ouverte, il crache et feule.

  • Comment entretenir son bien-être

En tout premier lieu, il faut respecter sa tranquillité. C’est à lui de décider quand dormir, quand manger, quand jouer. Mais une fois éveillé, il apprécie d’être stimulé par des jeux ou des caresses.

Jouer avec lui au moins 10 min par jour. Indispensable quand il est jeune, le jeu l’est moins chez un sujet âgé. Il permet de lutter contre l’ennui, développe son intelligence et ses réflexes. Un brin de laine que l’on tire devant lui, une petite balle que l’on cache dans un grand sac en papier, un faisceau de lumière, suffisent à l’amuser pendant des heures ! Varier les jouets, les cachettes, les coupler avec des croquettes dissimulées, ou les remplir d’herbe à chat séchée, sont autant de moyens de l’amuser.

Des caresses, encore des caresses.
Impossible de résister à l’envie de caresser le doux pelage de Minouchou ! C’est bon pour vous et bon pour lui à condition de le faire en douceur, durant le temps imparti par sa bonne volonté et surtout jamais sur le ventre ! Privilégiez la zone du menton, le tour des oreilles, la tête, le dos, et les flancs, avec le plat de la main. En mode massage, vous le frotterez plutôt du bout des doigts en mouvements légèrement circulaires, et rectilignes pour la queue.
Le brossage est aussi une autre manière de s’occuper de lui. Au printemps, lors de la mue, le chat perd son poil d’hiver et en avale des quantités en faisant sa toilette. Pour lui éviter les boules de poils qui se coinceraient dans sa gorge, ou son intestin, brossez-le tous les jours avec une carde souple. Et avec encore plus de délicatesse, s’il est vieux ou amaigri.

  • du côté des compléments alimentaires

Maintenir son chat en bonne forme quel que soit son âge peut passer par la prise de compléments alimentaires. Certaines gélules à base de Glucosamine ou Sulfate de Chondroïtine peuvent aider à soulager les douleurs chroniques et à ralentir le processus d’arthrose. Enfin, des traitements plus naturels avec curcuma agit comme un antidouleur .

Variez les menus !

Au cours de sa vie, un chat changera plusieurs fois de menu. Vous allez devoir vous adapter en fonction de son âge, de son activité, voire de ses goûts !

  • Self-service ou à heures régulières ?

Votre petite panthère préfère picorer plusieurs fois par jour dans son plat que de manger d’un seul coup comme le chien. Il vaut donc mieux lui laisser ses gamelles à disposition en veillant à ce qu’il y ait toujours des croquettes* ou de la pâtée*. Normalement, il sait réguler son appétit tout seul.
S’il a tendance à prendre de l’embonpoint, réduisez la quantité apportée ou chois

  • De l’eau, de l’eau !

Enfin, ne négligez pas le bol d’eau ou la fontaine à eau* (on dit bien de l’eau, pas du lait !), surtout s’il se nourrit de croquettes. Elle doit être fraîche (entre 5 et 10°), propre car la moindre miette suffit à le dégoûter, dans un récipient assez large pour qu’il puisse faire claquer sa langue sur la surface.

  • Une alimentation plus naturelle

Après une vague folle d’aliments veggie, les fabricants sont revenus à des préparations à base de viande  ou de poisson, plus adaptées à ce chasseur-né. Ce sont des repas garantis en taurine, Omega… pour les spécialités à base de poissons, ou hyperprotéinés quand il s’agit de bœuf, d’agneau, de dinde ou de poulet.
Enfin, de nouvelles croquettes arrivent, associant des herbes médicinales, des algues marines et les nutriments habituels (viande ou saumon).

  • Les nouvelles friandises*

es bâtonnets, snacks et autres bonbons ne sont pas destinés à couvrir les besoins énergétiques du chat. Même si certains participent à leur bien-être en contenant de l’huile de menthe ou des baies d’aronia. Forts en goût et de consistance différente des croquettes, ils sont à réserver à ces petits moments de complicité entre lui et vous.
Vous l’avez compris : un chat bien nourri et entouré d’affection est un chat heureux.

L’alimentation animale, une industrie qui compte en France :
34 sites de production implantés sur le territoire.
1,8 million de tonnes produites, dont 49% sont exportées.
Source : Facco

Recherche